Le développement durable est propre aux investisseurs qui pensent à long terme


Le développement durable a toujours fait partie intégrante de notre philosophie d’investissement, conçue pour les investissements à long terme. Durable est entendu ici dans le sens de « pérenne, stable et à long terme ».

Nous adoptons une vision globale du développement durable, qui s’appuie sur des actions orientées à long terme au profit de toutes les parties prenantes. Une entreprise ne peut réussir à long terme que si elle prend soin de ses clients, traite ses employés et ses partenaires commerciaux de manière équitable, investit suffisamment, paie des impôts et veille à au dommage qu’elle cause à l’environnement. L’écologie et les questions sociales sont donc des conditions préalables à une réussite économique de long terme. L’un ne va pas sans l’autre.

La qualité de nos investissements est testée dans le cadre de notre analyse fondamentale interne. Il s’agit pour nous d’essayer de déchiffrer la viabilité future du modèle économique d’une entreprise. Quelle est sa situation en matière de compétitivité et de rentabilité ? Qu’en est-il de sa stabilité et de son développement ? Le bilan est-il suffisamment capitalisé pour permettre d’agir de manière flexible en période de prospérité comme en période de crise ? Une économie durable a besoin d’entreprises rentables.

En outre, nous évaluons les questions environnementales et sociales ainsi que les questions de bonne gouvernance d’entreprise en termes d’opportunités et de risques. Chacun des trois critères de durabilité, également appelés facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), est considéré du point de vue d’un investisseur à long terme, pour s’assurer qu’aucun de ces aspects n’a un impact négatif sur la valeur de l’entreprise. Ce faisant, nous accordons une importance particulière à une gouvernance intègre de la société. Elle est essentielle pour le développement positif de la société et permet, à notre avis, de tirer des conclusions sur la prise en compte de tous les facteurs ESG.


Ce sont les personnes qui façonnent les entreprises, l’économie et les marchés

Le développement durable est plus qu’une simple diversion écologique et ne peut pas être mesuré à l’aide de modèles rigides. Il doit être vécu et parfaitement compris par les entreprises et tous les acteurs. C’est pourquoi l’investissement durable doit également commencer par les personnes, en particulier celles qui prennent des décisions importantes pour une entreprise et qui façonnent sa culture et son système de valeur.

Les activités des entreprises n’ont pas lieu dans le vide, mais dans un monde en constante évolution. Elles sont influencées par l’évolution constante des conditions environnementales, du contexte politique et des conditions de vie. Dans le même temps, les activités des entreprises façonnent également le monde. Les deux sont interdépendants. Les entrepreneurs et les managers visionnaires en tiennent compte. Ils se saisissent de ces problématiques et s’adaptent activement au changement. Autrement, ils ne pourraient pas garantir une gestion durable [c’est-à-dire la réussite à long terme de l’entreprise], parce qu’à l’avenir les ressources ne seront plus disponibles, les produits ne seront plus achetés, ou le contexte aura changé.

Les activités des entreprises ont des impacts divers et souvent à long terme sur les chaînes d’approvisionnement mondiales, les marchés mondiaux ou la société dans son ensemble. En tant qu’investisseur, nous examinons donc de très près l’impact à long terme des activités des entreprises, sous l’angle de l’environnement, des normes sociales et de la bonne gouvernance d’entreprise, et ce dans le monde entier, pas seulement « chez nous ». Les sociétés qui ne fonctionnent pas de manière durable ne réussissent pas à long terme, car elles ne s’appuient pas sur une base solide.

Ce sont des personnes qui déterminent les activités des entreprises. En tant qu’investisseur, nous étudions donc principalement la qualité de la direction. Nous posons des questions qui vont bien au-delà de l’analyse financière pure. Les membres du comité de direction agissent-ils de manière responsable ? Le système de rémunération, par exemple, est-il durable ? En d’autres termes, est-ce que les incitations financières sont axées sur la réussite durable de l’entreprise ? Dans quelle mesure la responsabilité des managers s’étend-elle au-delà de leur propre mandat ?


Agir en propriétaire actif pour des actions correctives fortes

Nous sommes convaincus qu’un échange intensif avec les dirigeants d’entreprises ainsi qu’un exercice actif des droits de vote sont des conditions préalables importantes pour réussir un investissement durable. Le recours responsable à nos droits et devoirs joue donc un rôle central dans notre processus d’investissement et influence la qualité de nos investissements.

Dans le cadre d’un processus d’actionnariat actif et dédié, nous surveillons et analysons le développement de nos investissements. Si des problèmes critiques peuvent avoir un impact durable sur le développement de l’entreprise, nous en discutons avec la direction. Nous nous considérons comme un sparring-partner qui émet des suggestions constructives et accompagne les dirigeants dans leur mise en œuvre.

Rapport sur l’actionnariat actif de 2020

Rapport sur l’actionnariat actif de 2019


Nous adhérons aux Principes pour l’Investissement Responsable, dits PRI (Principles for Responsible Investment), des Nations unies. Ils obligent tous les acteurs qui les suivent à prendre en compte les questions environnementales et sociales ainsi que les questions de bonne gouvernance d’entreprise dans leur stratégie d’investissement, ainsi qu’à veiller en tant qu’actionnaire à une participation active et à l’exercice des droits de vote. Ces objectifs sont conformes à notre conviction : un investissement durable doit être une évidence pour tout investisseur actif pensant à long terme.


Réglementation en matière de publication

Le règlement (UE) 2019/2088 (« Règlement sur la publication d’informations en matière de durabilité » ou « SFDR ») exige que les acteurs du marché financier divulguent des informations sur les stratégies de gestion des risques de durabilité et les impacts négatifs potentiels ou réels sur le développement durable.

En savoir plus sur le respect des obligations de publication d’informations