25.07.2022 - Thomas Lehr

Le marché est plus rapide


Le marché est plus rapide

La BCE souhaite lutter contre l'inflation et relève (un peu) ses taux directeurs. Dans le même temps, les rendements des obligations s'effondrent. Une tentative d'explication.

Ceux qui lisent ces jours-ci dans les journaux le « relèvement historique des taux d'intérêt de la BCE » devraient se frotter les yeux avec étonnement en regardant l'évolution des rendements sur le marché obligataire. Alors que la Banque centrale européenne (BCE) a relevé hier ses trois taux directeurs de 0,5 point de pourcentage chacun, on assiste parallèlement sur le marché à ce que l'on pourrait appeler un « revirement des taux vers le bas ».

Jusqu'à la mi-juin, les rendements des emprunts fédéraux allemands à 10 ans étaient montés jusqu'à un taux de 1,9 %. Depuis, ils chutent – et avec la décision de jeudi à Francfort, la baisse semble encore s'accélérer. Entre-temps, le rendement a presque diminué de moitié.

Si l'on veut trouver une baisse des rendements aussi importante, il faut déjà se tourner vers les semaines entourant le confinement global pour cause de Covid-19 (février/mars 2020). A l'époque, la baisse de 75 points de base était même un peu moins forte qu'actuellement. Est-ce la fin de l'espoir (ou de la crainte) d'une hausse des taux ?

Le tournant des taux d'intérêt

Une chose est sûre : la dernière hausse des taux ne peut être qu'une première étape. Avec des taux directeurs proches de zéro pour cent, il est difficile de lutter contre une inflation qui a été mesurée à environ 8 pour cent dans la zone euro. Sans parler des exceptions comme la hausse des prix en Estonie (plus de 21 pour cent !).

Mais il est également clair que la marge de manœuvre de la BCE est étroite. Dès hier, la banque centrale a dû adopter, en même temps que sa première hausse des taux d'intérêt, un instrument appelé « TPI » (abréviation de "Transmission Protection Instrument"), qui permet des achats d'obligations ciblés et illimités de certains pays. Formulé de manière quelque peu cynique : La BCE augmente les taux d'intérêt, mais s'inquiète en même temps du fait que ceux-ci pourraient effectivement augmenter.

Certes, cet instrument ne doit être utilisé que pour « contrer les dynamiques de marché injustifiées et désordonnées qui constituent une menace sérieuse pour la transmission de la politique monétaire dans la zone euro ». La présidente de la BCE, Christine Lagarde, n'a pas précisé à partir de quand le rendement d'un Etat comme l'Italie, qui glisse d'une crise gouvernementale à l'autre et présente un taux d'endettement deux fois plus élevé que l'Allemagne, atteindrait un niveau "injustifié". Avec ce programme, la BCE devrait miser sur le fait de ne jamais être elle-même dans l'embarras de devoir effectivement répondre à cette question. 

De plus, la présidente de la BCE a souligné à plusieurs reprises lors d'une conférence de presse que les perspectives économiques de la zone euro s'étaient récemment nettement assombries. Notez bien : avant même la première hausse des taux d'intérêt. Outre la guerre en Ukraine et les problèmes connus des chaînes d'approvisionnement et de logistique, la hausse des prix en elle-même a également un impact.

L'inflation fait son effet

Alors que certains craignent que l'inflation ne se dynamise en quelque sorte d'elle-même (mot-clé : spirale prix-salaires), il existe un camp désormais tout aussi important qui argumente que l'inflation s'étouffe pour ainsi dire d'elle-même. En effet, la hausse des prix peut entraîner une réticence à l'achat, surtout si elle ne trouve pas son origine dans une dynamique conjoncturelle enflammée.

Mais la hausse des prix n'est pas la seule à avoir une certaine réflexivité. La hausse des taux d'intérêt freine également la croissance économique – et c'est précisément le but recherché. Si les rendements des emprunts d'État américains à deux ans se situent aujourd'hui autour de 3 pour cent, cela reflète l'attente que la hausse des taux directeurs aux États-Unis soit suivie d'autres augmentations. En revanche, si les emprunts d'État américains à 10 ans ne rapportent plus que 2,8 pour cent à la même période, cela signifie que l'on s'attend à ce que ces hausses de taux d'intérêt aient un effet tôt ou tard.

Et comme les hausses de taux d'intérêt partout dans le monde ont également des effets dans la zone euro, la BCE elle-même n'a peut-être même pas besoin d'exploiter la faible marge de manœuvre dont elle dispose. Il suffit qu'il se trouve suffisamment de banques centrales pour lutter de manière décisive contre la hausse des prix.

Quoi qu'il en soit, l'excursion de la BCE vers des taux d'intérêt plus élevés a ses limites. Avec son relèvement des taux d'intérêt jeudi, la BCE n'est pas en train de lancer une tendance, mais elle ne fait qu'appliquer ce qui est déjà une réalité sur les marchés.

 

INFORMATIONS JURIDIQUES

Les informations et évaluations contenues ne représentent en aucun cas des conseils de placement. Les informations contenues et les avis, exprimés dans le présent document, sont des évaluations de Flossbach von Storch Invest S.A. au moment de la publication. Ils peuvent être modifiés à tout moment sans notification préalable. Les informations relatives à l’évolution des marchés reflètent l’avis et les futures attentes de Flossbach von Storch Invest S.A. Mais les évolutions effectives et les résultats peuvent fortement diverger des attentes. Toutes les informations ont été regroupées avec grand soin. La valeur de tout placement peut augmenter ou baisser et vous percevrez éventuellement moins d’argent que le montant investi.

Il ne s’agit pas d’une offre d’achat ou de souscription de titres. Ces informations ne constituent pas des conseils d’investissement ou d’autres recommandations. La valeur d’un placement peut fluctuer à la baisse ou à la hausse et il se peut que vous ne receviez pas le montant investi. Avant de faire un placement, vous devriez en parler à votre conseiller.

Le présent document est soumise au droit d‘auteur, au droit des marques et au droit de propriété industrielle. La reproduction, la diffusion, la mise à disposition pour consultation ou la mise en ligne (transfer vers d‘autres sites Internet) de tout ou partie de la vidéo, sous forme modifiée ou non, n‘est autorisée qu‘avec l‘autorisation écrite préalable de Flossbach von Storch Invest S.A. L‘étendue de l‘autorisation doit alors être respectée et une référence doit être faite à l‘origine de la reproduction et aux droits de la Flossbach von Storch Invest S.A.

© 2022 Flossbach von Storch Invest.  Tous droits réservés.